A great and almost isolated road near La Rioja, Argentina

Pourquoi donc un tel voyage?

Quand je partage de mon plan de voyage avec mes amis, j’ai toute sorte de réactions, mais elles se résument par cet exemple: « Quoi, tu pars 6 semaines en Argentine, c’est incroyable! ». Je leur réponds tout doucement: « Non, non, pas je n’ai pas dit 6 semaines, je quitte pour 6 mois, de Montréal jusqu’à l’Argentine…!» La surprise est toujours de mise et la même question revient continuellement: « Pourquoi »?

C’est évidemment une très bonne question qui me hante quotidiennement. La réponse toutefois , n’est pas si simple.

Je travaille depuis que j’ai 18 ans. J’ai eu une longue carrière dans la fonction publique. J’ai servi le citoyen, mes patrons, le syndicat…

J’ai pris ma retraite il y a 3 ans et prévoyais partir à ce moment, mais une opportunité unique de gérer une équipe dans une boîte informatique s’est pointée et je n’ai pu refuser. C’est un domaine complètement différent de ma première carrière, mais qui me passionnait tout autant, sinon plus.

Ce fut finalement un excellent choix et une expérience incroyable. J’ai travaillé avec une équipe de jeunes surdoués et j’ai appris énormément sur l’entrepreneuriat. Merci encore à tous ces jeunes pleins de talents qui m’ont loyalement supporté durant ces années!

Mais retournons un peu plus en arrière afin de comprendre ce qui me motive présentement.

Il y a une dizaine d’années, je suis passé tout bonnement devant un concessionnaire de motos BMW et j’ai fait l’erreur de rentrer, vous savez, « juste pour voir ». J’ai tout de suis été convaincu que la BMW R1200GS était pour moi. Pas nécessairement pour mon amour de la moto car bien sûr, j’avais quelques montures dans ma jeunesse, mais plutôt parce celle-ci, en particulier, représentait une passion inébranlable chez moi: l’aventure.

J’adore voyager.

J’adore découvrir de nouveaux horizons, cultures, personnes. J’aime me retrouver sur une nouvelle montagne et y gravir son sommet, ou tout autant me perdre à parcourir à pied une ville, et m’y imprégner de ses quartiers, découvrir le petit restaurant unique ou une charmante boutique offrant des objets uniques et mémorables.

Comme j’ai commencé à travailler très tôt, cette passion est donc apparue un peu sur le tard. J’ai initialement visité l’Europe, mais c’est surtout mes voyages en Amérique du Sud qui m’ont fait découvrir une société très différente et qui a piqué ma curiosité. De tous les pays visités, c’est l’Argentine qui a retenu mon intérêt. Lors de quelques séjours allongés à Buenos Aires, j’ai appris la langue, je me suis imprégné de la culture et toujours gardé une relation très étroite avec ce pays.

Travailleurs sur une route isolée près de Salta, Argentine
Travailleurs sur une route isolée près de Salta, Argentine

Le goût de voyager fait partie de l’explication qui me pousse dans la présente aventure.

Je vais avoir 50 ans en septembre 2016. Je me sens encore jeune, mais quand même, 50 ans c’est 50 ans! Il y a toujours des raisons pour nous empêcher de vivre nos rêves. Celle-ci est certainement une motivation à ne plus attendre…

D’un autre côté, la vie dans une grande ville comme Montréal est incroyable.

La vibration est passionnante. Mon quartier est plein de vie, je possède une maison confortable, une conjointe exceptionnelle, des amis incroyables. J’ai tout ce que quelqu’un pourrait rêver d’avoir (vu de ma perspective!).

Mais oui, il y a un autre facette à cette histoire. Ici, tout va très vite. Le stress, le trafic, le bruit, les obligations. Bien que nous soyons choyés avec de beaux grands parcs et de vieux arbres centenaires, je vis dans un univers de béton, d’asphalte et de brique.

La nature me manque.

J’ai besoin de décrocher, de reconnecter avec celle-ci, avec le silence, une nuit de camping improvisée quand j’en ai le goût, une randonnée sur une montagne dont je ne connais pas le nom. J’ai peut-être probablement besoin de ne pas être confortable pendant quelques mois afin de mieux apprécier ce que la vie a à m’offrir dans ma réalité montréalaise.

Ceci est certainement une grosse part de l’équation.

La prochaine chose qui me vient en tête est l’hiver. Gilles Vigneault, un parolier bien connu dans ma province, décrit très bien le Québec: « Mon Pays ce n’est pas un Pays, c’est l’hiver… ». Cette réalité québécoise a fait de nous un peuple qui vit en grande majorité du temps à l’intérieur, surtout l’hiver évidemment. Quand le printemps arrive, toujours trop tardivement, c’est un peu la fin de l’hibernation et nous osons sortir le bout du nez dehors afin de voir s’il va geler ou non. Mais heureusement, l’été finit quand même toujours par se pointer.

Et cet été est incroyable dans notre pays nordique, mais il nous quitte toujours trop rapidement, et il n’en reste pas moins que l’hiver peut parfois être dur physiquement et mentalement. Personnellement, même si j’adore jouer au hockey et le changement des saisons, je le trouve de plus en plus long et difficile à apprécier.

Ce voyage sera donc la quête d’un été de 12 mois pour 2016/2017! C’est un peu comme dire à ma mère: « Maman, je vais jouer dehors… pour 6 mois! », mais sans la souffrance de se geler les pieds!

Finalement, le dernier mot qui me vient à l’esprit est la liberté.

J’ai travaillé 30 ans à plaire à tout le monde, à aider mes patrons dans leurs projets et à planifier ce que je désirais faire de ma vie uniquement durant les vacances qui devaient souvent être planifiées des mois à l’avance.

J’ai besoin de cesser de servir et d’avoir un projet qui est le mien et qui n’a de répercussions que pour moi-même.

Mais plus important encore, cette fois, je désire que ce projet n’ait aucun rapport avec la carrière ou à l’argent.

J’ai le goût de me lever chaque matin et de n’avoir qu’à penser à une chose: conduire vers le sud et découvrir tout ce qu’il y a entre ici et la fin de la route en Patagonie. Ceci est la goutte qui me pousse aujourd’hui à passer par dessus mes craintes et me lancer dans cette aventure.

Car oui, il y en a des craintes!

Lonely Planet...
Lonely Planet…

Vais-je avoir des problèmes mécaniques, des chutes, vais-je être malade, vais-je me faire voler, vais-je manquer d’argent, vais-je avoir froid, ou chaud, vais-je me perdre, vais-je m’ennuyer de ma copine, ma mère, et mes amis? Probablement que oui est la réponse à la majorité de ces questions, mais c’est justement de défi d’attaquer les possibles embuches, les unes après les autres, qui vont faire de ce périple un souvenir impérissable et je l’espère, m’aidera à devenir une meilleure personne.

Les prochains posts aborderons justement comment planifier et se préparer pour diminuer au maximum celles-ci!

Article Suivant (Récent) ⇨
Nouvelle BMW R1200GSA 2008

Préparation - Les bases d'un voyage sécuritaire et réussis

La préparation d'un voyage de moto qui risque de durer plus de 6 mois sur une distance de plus de 20000 km ne se fait pas à la légère. Ce n'est pas un exercice d'improvisation et nécessite une planification rigoureuse et méticuleuse afin de réduire au maximum les risques afin de s'assurer que le temps ... Read more

⇦ Article Précédent (Ancien)
It's a go!

Une Première Étape de faite!

Bonjour à tous et bienvenue sur cette toute première page de mon blogue! Aujourd'hui est le grand jour où je l'ai annoncé à mes collaborateurs que je quitte mon poste et la compagnie pour poursuivre un rêve qui me hante depuis des années. Objectif: Sauter sur ma moto et tenter ... Read more


Marc Ouellet

Aventurier dans l'âme. En route vers l'Amérique du Sud sur 2 roues bientôt!

2 Commentaires
  • Chris Cheston
    Répondre

    We will think of you my friend as we fly over your head @ 35000ft in business class on a Copa flight, sipping a cocktail or two to our little beach house in Panama, the same day that you leave in fact (give or take)? It is a real shame that we will be back in Canada before you get there, but maybe in January when we fly back down again for the winter we will meet you on the ‘flip side’? We will talk!
    Good luck and happy trails you crazy ‘Git »!

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      I’t really sad we won’t be able to share stories at you beautiful house in Panama… I’ll have to go back next year!

  • Siva prakash
    Répondre

    Sir…I am from INDIA…I am just 21yrs old…I have jus started to follow your blog…This is amazing to the core…You have just spoke out what I had in my mind…Will try to read your full blog and updates…If you ever come to this part of the world,please do visit me at TamilNadu,India…One helluva adventures are waiting for you in here….

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      It’s a pleasure to have you (and someone from your country) on board! I’ll keep your offer in mind as India is certainly on my « to do » list!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial