Jour 108 à 110 – Chili – La Carretera Austral

2017-01-25 – Jour 108 – Puerto Varas, CL à Pucon, CL (323 km – 17 hrs)
2017-01-26 – Jour 109 – Pucon, CL à Coyhaique, CL (453 km – 8,25 hrs)
2017-01-27 – Jour 110 – Coyhaique, CL à Cochrane, CL (323 km – 8 hrs)

La Carretera Austal est une des routes les plus mystiques de la planète. Non seulement je m’y suis rendu en moto, mais j’y ai souffert et j’y ai vécu certains des plus beaux moments de mon voyage!

Le matin du 24 février, j’ai quitté mon hostal à 6:00 afin d’enfin entreprendre la fameuse Carretera Austral. La particularité de la première étape, qui se déroule entre Puerto Montt et Chaiten, est qu’il y a 3 traversiers à prendre.

J’ai fait mes devoirs et recherché l’information sur Internet, mais elle est parfois contradictoire donc j’ai validé les modalités avec l’office de tourisme de Puerto Varas qui m’a offert un dépliant et confirmé qu’en moto, aucune réservation n’était nécessaire.

La première traversée n’est pas problématique, car elle est très courte. Elle relie La Aréna et Puelche et est disponible à toutes 30 minutes environ.

Le passage suivant est plus long et il y a, selon le dépliant, un départ à 10:30 et un autre à 14:30. Il relie Hornopirén et Caleta Gonzalo.

Le dernier est environ 45 minutes et est situé à 15 minutes de route de l’arrivée du précédent et fait partie du voyage précédent, donc inclus dans le billet acheté pour le passage précédent.

J’embarque donc sur le premier traversier sans soucis et me dirige vers le prochain point.

Comme vous pouvez le constater, il n’y avait pas beaucoup d’espace pour La Gorda!

Mes 2 GPS m’indiquent le même endroit pour le départ du prochain traversier, mais quand j’y arrive vers 10:00, c’est complètement désert et je sens que quelque chose ne va pas. Je demande à une personne qui est sur le bord du quai quand est la prochaine traversée et il m’indique qu’il n’y a pas de navire ici, que le quai se situe dans une ville que j’ai passée il y a 30 minutes!

Je retourne donc sur mes pas à toute vitesse afin de pouvoir arriver avant le départ de 10:30!

Mes efforts ont porté fruit, car je suis arrivé à 10:25 sauf que… il n’y avait aucun bateau! Je me rends au comptoir de vente de billet pour me faire dire que le bateau était à 9:30, qu’il y en a un autre à 12:30, mais qu’il est complet et comme je n’ai pas de réservation, cela me laisse donc avec une seule option, le traversier de 16:30.

La conséquence est que je vais arriver à destination autour de 23:00 en fin de soirée et que j’ai presque 6 heures à attendre.

N’ayant pas trop le choix, j’achète le billet en espérant qu’ils puissent me laisser prendre le prochain navire vu que ma moto ne prend pas beaucoup d’espace. En effet, j’ai toujours été en mesure d’embarquer sur tous les traversiers que j’ai pris en Amérique sans réserver.

Malheureusement, ça n’allait pas être le cas aujourd’hui. Il y a 2 jours, le navire a écopé d’une amende pour avoir trop eu de passager et ils ne laissent plus personnes à bord au-dessus de 257 passagers. J’ai bien essayé par tous les moyens (lire entre les lignes!), mais sans succès. Le bateau a quitté avec de l’espace pour plusieurs véhicules supplémentaires…

Pour ceux qui désirent réserver dans le futur: www.tausrtral.cl

Je me suis résolu à me changer et aller marcher dans le petit village. Je me suis retrouvé dans une petite feria artisanale et j’en ai profité pour me payer un lunch de la mort. Un super morceau d’agneau cuit sur le charbon (parrilla), de bonnes frites accompagnées d’à peu près un litre de Crema de Aji Chilena. Wow!

J’ai aussi échangé un peu avec les nombreux motocyclistes qui attendaient comme moi. Ils sont pas mal tous du Chile et de l’Argentine, et sur des motos plus petites, allant de 125cc à des 650. La plupart n’iront pas jusqu’à Ushuaia.

Devinez qui a embarqué sur le bateau le premier! Il a finalement quitté le port à 17:00. Pas évident comme attente!

Les paysages sont superbes et je suis extrêmement chanceux de pouvoir compter sur du très beau temps.

Nous sommes arrivés vers 20:00 et comme prévu, le transfert vers l’autre navire a pris 15 minutes sur une petite route de terre poussiéreuse. Quelle chance que je sois passé devant les autos.

Le dernier traversier nous attendait et nous sommes arrivés à destination vers 22:00. Il me restait une heure de route que j’ai fais relativement lentement, car le soleil s’était couché et la visibilité en était réduite.

À ma grande surprise, le petit hôtel, ou hostal comme c’est coutume de nommer ce genre d’endroit ici, est propre et accueillant, malgré le fait que je suis dans un petit village isolé!

Je prends une bonne bière froide un bon sac de croustille santé avant de m’endormir dur comme fer!

Le lendemain, mon objectif est de me rendre à Coyhaique. Mais ce qui m’attendait était une des journées de moto les plus difficiles du voyage.

Le tout a débuté par ceci!

En moto, conduire sur une route de gravier peut être très difficile. En voiture, c’est désagréable parce qu’il y a beaucoup de vibration et il faut réduire la vitesse, mais en moto, il est parfois presque impossible de rouler, et ce, surtout quand la machinerie lourde vient de passer pour niveler la route.

Dans ce cas particulier, je me suis retrouvé dans plusieurs centimètres de gravier et il me fut simplement impossible de continuer. Heureusement, je n’allais pas très vite donc aucun dommage si ce n’est que mon orgueil. Sauf que me retrouver dans une telle situation après seulement quelques kilomètres sur la Carretera Austal est pas mal décourageant, car elle en compte plus de 1500!

Certains tronçons étaient asphaltés, mais la grande majorité de la route était en construction et en très mauvais état. Ce fût une très longue journée et j’ai travaillé fort pour mériter mon arrivée à Coyhaique.

Mon super hôtel 5 étoiles!

L’arrivée dans cette ville fut quand même surprenante. Retrouver une communauté de plus de 40000 habitants après avoir parcouru une route si isolée est comme un mirage dans le désert!

J’ai quitté tôt le lendemain malgré une petite pluie qui était présente. Il n’était pas question que je reste une nuit de plus dans à cet endroit!

Les premiers 100 km sont sur une route parfaite et je roule relativement rapidement malgré la pluie et le froid.

Le vrai défi aura été les premiers 50 kilomètres de la route de gravier. Ouf… Vraiment pas facile. Des grosses pierres rondes qui me font basculer d’un côté et de l’autre. Pas reposant du tout!

Heureusement, le paysage est superbe!

Par la suite, l’état de la route s’améliore et le spectacle devient sublime! Je vais laisser les images parler.

Un guerrier pas mal fier d’avoir survécu la Carretera Austral!

Prochain arrêt, l’Argentine!

Article Suivant (Récent) ⇨

Jour 111 à 115 - Argentine - La Routa 40 et Mes Premiers Pas en Patagonie

2017-01-28 - Jour 111 - Cochrane, CL à Gobernador Gregores, AR (439 km - 8,5 hrs) 2017-01-29 - Jour 112 - Gobernador Gregores, AR à El Chalten, AR (296 km - 5,5 hrs) 2017-01-30 - Jour 113 - El Chalten, AR 2017-01-31 - Jour 114 - El Chalten, AR à ... Read more

⇦ Article Précédent (Ancien)

Jour 101 à 107 - Chili - La Porte d'Entrée de la Patagonie

2017-01-18 - Jour 101 - Santiago, CL à Colbùn, CL (350 km - 4,5 hrs) 2017-01-19 - Jour 102 - Colbùn, CL à Concepcion, CL(274 km - 4,5 hrs) 2017-01-20 - Jour 103 - Concepcion, CL à Pucon (463 km - 6,5 hrs) 2017-01-21 - Jour 104 - Autour de ... Read more


Marc Ouellet

Aventurier dans l'âme. En route vers l'Amérique du Sud sur 2 roues bientôt!

1 Commentaire
  • Peter Parsons
    Répondre

    Marc, you have to start using your side stand. And, don’t park in the middle of the road. Starting to remind me of your Alaska trip. Stunning scenery though. I didn’t realize Rte 7 is a gravel road. I think you deserve a week in Ushuala after that run. BTW, I notice you are going north out of Cochrane. Salut!

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      That makes 2 of us, didn’t no it was so much of it! Unfortunately, I won’t spend a full week in Ushuaia, just too cold down here. I’ll celebrate in a few days in Buenos Aires where I’ll spend the last month!

      BTW, it wasn’t Alaska. I’m Canadien remember? It was Inuvik in the NWT. 🙂

  • Jean-François Dubois
    Répondre

    Bon, je vais aller ouvrir la cour pis sortir mes poubelles moi…c’est excitant! Lol, sans farce, vraiment envoûtant de te lire et j’apprécie beaucoup tous les petits détails que tu rajoute dans ton récit, c’est un plus que l’on ne retrouve pas dans la plupart de ce genre de blogue. Avec l’expérience, trouve tu que la cadence est bonne? Bonne continuation et au plaisir de lire la suite!

    Jean-François (BWOM sur Ridaventure)

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Merci monsieur!

      Pour la cadence, ce n’est pas évident. Parfois que crois que je vais trop vite, mais à la fin, c’est le rythme qui va avec ma personnalité et mes expériences de voyages. Par exemple, si je n’avais pas été 10 fois à Mendoza dans le passé, je serais certainement resté plus longtemps! Il y a aussi le désire de toujours voir ce qu’il y a plus loins.

      Je regrette certains endroits et j’ai passé un peu trop de temps à d’autre mais dans l’ensemble, ça me va. J’aime me lever le matin, enfourcher la moto et faire de longues journées, sans même m’arrêter, à part pour quelque chose de vraiment spécial. Ce n’est pas pour tout le monde mais c’est moi!

      Merci!

  • Robert Meyer
    Répondre

    Hello Marc!
    Greetings from India. I’ve finally had the chance to read through your blog from the beginning and I gotta say it is, by far, the best travel/adventure blog I’ve ever read. Great job, and best of luck on your fantastic adventures. The only question is…when is La Gorda coming to this part of the world? I’ve got some cows, pilgrims, and auto-rickshaws that would love to meet her.
    Robert

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Robert! Of course you had to write form the other side of the world. Thanks for the compliment. Coming from you, it really means something. I really appreciate. I wish I could take it that far, but I might take a big risk doing so… Sort of I want to keep my girlfriend and my home! 6 months was pushing it a bit! But I would take on all of them at once, La Gorda is quite fierce now!

      Hope to see you this summer!

      1. Robert Meyer
        Répondre

        If you’re in Montreal this summer you will definitely see me – given the US political situation I’ve already started looking for a summer sublet in your fair city. South America may be a great place to spend a Montreal winter, but Montreal is a fantastic place to spend a Montreal summer!

        1. Marc Ouellet
          Répondre

          Indeed! I’m actually starting to be happy the clown was elected. It gives a good reason for all the great people who moved to the US like you a unprecedented reason to head back north!

  • Arvind K. Yadav
    Répondre

    Finally, I made myself on current page; started reading from page 1. All I can say I felt I was there after reading and viewing beautiful pictures shot by you – a perfect depiction. This travelogue is no less than a treasure for a juvenile motorcycle-adventurer like me. Doing such voyage is beyond my capacity, but yes it will definitely help me to do some short trip/adventure in vicinity of country (India). A truly inspirational! Eagerly waiting for your next page!

    Cheers! Happy voyage!

    Arvind K. Yadav
    India

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Great to have you with us! Hope you got a few trick from my site, as I did from others before getting on this journey!

Répondre à Robert Meyer Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial