Jour 17 à 22 – Mexico – Suite et Fin!

2016-09-28 – Jour 17 – Guanajuato, GT à San Miguel de Allende, GT (95 km – 1:30 hrs)
2016-09-29 – Jour 18 – San Miguel de Allende, GT
2016-09-30 – Jour 19 – San Miguel de Allende, GT à Puebla, PU (423 km – 5:45 hrs)
2016-10-01 – Jour 20 – Puebla, PU to Oaxaca, OA (341 km – 4:00 hrs)
2016-10-02 – Jour 21 – Oaxaca, OA à San Cristobal de las Casas, CH (617 km – 9:00 hrs) 2016-10-03 – Jour 22 – San Cristobal de la Casa, CH

Une autre courte journée de conduite pour me rendre de Guanajuato à San Miguel et j’ai décidé de prendre l’option la plus longue, qui coupe à travers les montagnes via la route 110. Une belle traversée, presque seul, à près de 2600 mètres d’altitude.

2016-09-28-san-miguel-de-allende-02

L’arrivée à San Miguel de Allende est rapide, la moto est stationnée en moins de 2, et le voyageur en train de visiter, quelques minutes plus tard.

Première constatation, cette ville est une sorte de microclimat, bondée d’Américains (et probablement de Canadiens), créant une dynamique toute particulière qui saute rapidement aux yeux.

Je me fais saluer en anglais, ce qui sonne un peu drôle à mes oreilles… Ensuite, je constate que la ville est bondée de beaux restaurants, de chics hôtels, et surtout, de belles boutiques d’œuvres d’art de toute sorte, tout cela côtoyant agréablement les commerces et édifices traditionnels.

Très considérable considérant la localisation montagneuse et relativement isolée de l’endroit.

Contrairement à mes habitudes, je commence ma visite par les petites rues et non la place centrale que je désire garder pour le dessert.

Après seulement quelques minutes de marche, je me retrouve dans un quartier perché dans des collines où on retrouve d’extraordinaires demeures, parfois situées derrière des entrées verrouillées (gated communities). Je me permets même la visite d’une maison à vendre!

Je suis impressionné par la qualité des demeures et comprends lentement que l’endroit est très prisé par les retraités du nord.

2016-09-28-san-miguel-de-allende-47

2016-09-28-san-miguel-de-allende-58

2016-09-28-san-miguel-de-allende-42

Je fais même la rencontre d’une dame très agréable qui réside ici depuis quelques années. Elle me fait un petit tour de ville rapide et m’invite même à prendre un verre de vin dans son impressionnante résidence. Regardez-moi cette vue!

2016-09-29-san-miguel-de-allende-25

2016-09-29-san-miguel-de-allende-22

2016-09-29-san-miguel-de-allende-20

Mes 2 sorties nocturnes au restaurant m’ont fait constater la présence d’une forte communauté nord-américaine qui se connaît bien et qui interagit. J’ai eu la chance de discuter avec un homme du Texas en écoutant de bons vieux classiques américains que mes amis Geoffrey et Tim auraient grandement appréciés!

Je ne dis pas que je ne viendrais pas passer quelques semaines par année ici durant nos rudes hivers canadiens, mais pour le moment, c’était juste assez d’anglais pour moi et je décide que 2 nuits ici sont suffisantes.

2016-09-29-san-miguel-de-allende-13

Voici un petit atelier de moto juste à l’extérieur du centre-ville. Regarder ce bijou!

2016-09-29-san-miguel-de-allende-04

2016-09-29-san-miguel-de-allende-03

2016-09-28-san-miguel-de-allende-72

2016-09-28-san-miguel-de-allende-79

2016-09-28-san-miguel-de-allende-32

2016-09-28-san-miguel-de-allende-24

2016-09-28-san-miguel-de-allende-23

2016-09-28-san-miguel-de-allende-17

2016-09-28-san-miguel-de-allende-09

2016-09-29-san-miguel-de-allende-30

2016-09-28-san-miguel-de-allende-83

Je prends aussi une décision importante pour la continuité de mon voyage.

Depuis quelques jours, je ressens un peu de stagnation dans ma progression. Je découvre de beaux endroits et fais de belles rencontres, mais j’ai des fourmis dans les jambes. Je désire aller vers le sud.

Je regarde l’itinéraire que je m’étais planifié et je constate que 2 autres semaines ici et surtout, un mois complet en Amérique Centrale sont beaucoup trop pour le rythme que désire garder.

Je débute donc des démarches auprès du capitaine du Stahlratte afin de devancer ma date de traversée qui doit avoir lieu le 14 novembre.

La seule autre option qui m’est offerte est le 25 octobre, ce qui me laisse encore plus de 3 semaines pour me rendre à Panama City. Je refais mes calculs et mon itinéraire et j’en viens à la conclusion que, malgré certains endroits que je devrai mettre de côté pour une prochaine visite, la date proposée est à ma portée.

Je consulte aussi ma copine qui, de plus, ne semble pas être en mesure de venir me rejoindre, mon ami Geoffrey et aussi Chantal qui a fait ce périple il y a quelques années. Elle me confirme que c’est facilement faisable et il n’en fallait pas plus pour que je confirme à Ludwig via courriel et rapidement, le changement est fait!

La première conséquence est que je n’irai pas à Mexico City, mais c’est un moindre mal, car j’ai visité la ville à quelques reprises et le trafic y est l’enfer.

Je me dirige donc vers Puebla demain et Oaxaca le lendemain. Le passage au Guatemala sera donc beaucoup plus rapide que prévu, soit dans 3 ou 4 jours!

Je me suis levé relativement tôt vendredi matin afin de quitter rapidement vers Puebla, qui est à moins de 400 km.

Parfois, aventure rime avec nature, grands espaces et dépaysement.

Ce ne fut pas le cas aujourd’hui, mais ce fut toute une aventure de conduite!

J’ai décidé de prendre la route avec paysage, car l’alternative doublait mon temps de voyage et de toute façon, le passage obligé autour de Mexico City comporte cette dépense obligatoire.

Trente minutes après être sorti de San Miguel, la route se dessine comme un réel désastre visuel et le trafic devient rapidement lourd. Les camions y sont omniprésents et je dois faire de bons efforts pour rouler à bonne vitesse.

J’emprunte initialement la 57, mais je dois par la suite aller vers la M4D.

Désastre!

Après avoir emprunté l’échangeur, je vois au loin un ralentissement qui devient important et par la suite, un arrêt total. Malheureusement, le signal cellulaire est faible et je ne suis pas en mesure de vérifier avec Google Map l’état de la situation.

Après quelques minutes d’attente, je décide de m’engager entre les véhicules, soit au centre ou sur l’accotement et parcours tranquillement quelques kilomètres.

2016-09-30-puebla-01

2016-09-30-puebla-04

À un certain moment, je demande à un conducteur de véhicule lourd depuis combien de temps il attend arrêté comme cela. Il me répond 90 minutes. Ouf… je continue quelques kilomètres et demandes à une autre personne. Il me répond qu’il est totalement arrêté depuis plus de 3 heures!

Voici ce que mes recherches ont donné relativement à la cause de ce bouchon…

https://twitter.com/Miguelkuco/

Ouf…

Voyant la file s’allonger à perte de vue, je décide de faire demi-tour et revenir sur mes pas afin de trouver un autre chemin.

J’ai fait un petit vidéo, le voici.

Quelle chance d’avoir été au ‘volant’ d’une moto. Avoir été en voiture, je serais possiblement encore ne train d’attendre!

J’arrive à Puebla avec 90 minutes de retard, mais quand même à une heure raisonnable, ce qui me permet d’aller me promener dans cette ville que je connais quand même assez bien pour l’avoir visité à plusieurs reprises.

À chaque occasion, je suis sidéré par comment la ville est populeuse et comme il y a de l’action partout. Les rues y sont bondées de gens! On dirait une fourmilière!

2016-09-30-puebla-33

2016-09-30-puebla-27

2016-09-30-puebla-26

2016-09-30-puebla-24

2016-09-30-puebla-39

Je suis allé voir le restaurant où je vais habituellement, mais ma réalité est différente aujourd’hui. Je ne peux simplement pas me le permettre financièrement!

La Purificadora Hotel
Callejon de la 10 Norte 802, Paseo San Francisco, Barrio El Alto, 72000 Puebla, PUE, Mexique
Google Maps

Je termine la soirée dans un petit resto-bar bien simple avec de la bonne musique style house (ça s’appelle certainement différemment aujourd’hui! Que je suis vieux!). Merci à la jeune DJ qui nous a gardé sur le beat toute la soirée! Bon choix musical et le ventre bien plein pour seulement quelques dollars.

El Microbito
Calle 6 Sur 306, Centro, 72000 Puebla, Pue., Mexique
Google Maps

Samedi matin, réveil rapide et hop, sur la moto! Je voulais partir tôt afin de ne pas revivre la même chose qu’hier. Toutefois, la route est plutôt tranquille et après 45 minutes, je m’engage sur la 135C qui est une route à 2 voies vraiment superbes! Montagnes, villages, circulation inexistante, chaussée quasi parfaite.

Prêt à partir!

2016-09-30-puebla-21

Petite anecdote. Je trouve que la route est passablement déserte ce matin et même si j’apprécie , je me questionne une peu. C’est en discutant avec ma copine au téléphone que je réalise que nous sommes samedi! Quel bonheur les vacances qui nous font oublier les notions de semaine et de fin de semaine.

Je prends vraiment mon temps afin d’admirer le paysage et profiter du moment qui est parfait.

2016-10-01-oaxaca-01

2016-10-01-oaxaca-03

2016-10-01-oaxaca-07

2016-10-01-oaxaca-16

Arrivée à Oaxaca.

2016-10-01-oaxaca-33

Je connais Oaxaca pour l’avoir visité à quelques reprises dans les dernières années. Je suis toujours agréablement surpris par cette belle ville, avec une belle rue piétonnière qui mène au Temple de Santo Domingo, un superbe Zocàlo (la place Centrale de plusieurs villes du Mexique se nomme ainsi) très animé et plusieurs restaurants et boutiques de toute sorte, ce qui en fait un endroit parfait pour passer quelques jours. Il ne faut pas oublier Monte Albán, un site archéologique qui date de plus de 1000 ans et où il est possible de se rendre en autobus pour quelques pesos.

Dimanche matin, je quitte très tôt vers San Cristobal de las Casas où je compte passer mes 2 dernières journées au Mexique.

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-01

Il fait encore nuit quand je vais chercher ma moto au stationnement qui est malheureusement un peu loin à mon goût. Je suis ébahi de voir comment les rues sont grouillantes même à 6:45! Un dimanche!

La distance entre Oaxaca et San Cristobal est de 500 km, mais mon GPS estime à plus de 8 heures la durée du trajet. Ceci s’explique habituellement par une seule chose. Des montagnes! Et ce fut effectivement le cas!

Rapidement après être sorti de la ville. La route réduit en largeur et devient une route de campagne, sans accotement. Et ensuite, les montagnes apparaissent.

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-14

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-34

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-37

J’ai dû conduire pendant près de 6 heures sur 9 dans des courbes, des montées, des descentes, des villages, passer de 35 à 10 degrés Celsius en 20 minutes, nourrir un petit chien qui avait l’air tellement piteux que je n’ai pu résister, et finalement, tenter de prendre des photos à des endroits vraiment pas évidents.

Quelle journée! Ce fut passionnant, mais je suis arrivé à destination complètement épuisé! L’hôtel que j’avais réservé était trop loin du vieux centre donc je n’ai fait que passer et j’ai trouver rapidement un autre endroit bien simple, mais propre, avec internet et une place dans le salon pour ma moto!

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-32

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-39

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-42

Puisque je suis ici pour 2 jours, j’en profite pour demander à la propriétaire de l’hôtel de laver mes vêtements, surtout mon ensemble de moto dans lequel j’ai eu, à certains moments, très chaud!

J’ai 4 t-shirts. Un en laine mérinos que je porte toujours pour conduire. Il ne sent jamais mauvais et je le lave à la main après presque chaque journée sur la route. Il est toujours sec le lendemain matin.

Même chose pour mes t-shirts North Face. Un vrai bonheur. Jamais fripés, et sèchent rapidement quand je les lave.

Mais rien comme un bon lavage à la machine une fois de temps en temps!

Je sors ensuite me promener. La ville est immédiatement un coup de cœur, même si c’est une évidence que l’endroit est très touristique. Cela se fait dans une ambiance très relaxe, accueillante et ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi la ville à si bonne réputation!

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-49

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-56

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-59

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-62

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-63

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-73

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-77

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-87

Trop drôle, j’ai vu cette camionnette et conducteur au Panama il y a 3 ans!

2016-10-02-san-cristobal-de-las-casas-85

2016-10-03-san-cristobal-de-las-casas-20

2016-10-03-san-cristobal-de-las-casas-33

La moto est encore heureuse de son voyage. Rien à rapporter! Tout fonctionne parfaitement et elle est un plaisir à conduire.

Voici l’état des pneus. Je dirais que l’avant est usé à 15%, et l’arrière à 60%.

2016-10-03-san-cristobal-de-las-casas-34

2016-10-03-san-cristobal-de-las-casas-35

J’ai profité de ce superbe garage pour changer mes plaquettes de frein avant et donner un petit cours à toute la famille du propriétaire présente pour le spectacle! Un autre 500 grammes de moins à trainer.

2016-10-03-san-cristobal-de-las-casas-01

Plusieurs ont fait des commentaires par rapport au poids de mes bagages. Ils ont partiellement raison, la moto est un peu pensante. Mais il y a peu de choses que je laisserais de côté pour le moment et c’est quand même relativement facile de conduire la moto sur les routes de gravier. La seule chose qui s’est avérée inutile jusqu’à maintenant est mon équipement de camping et je doute fort qu’il soit utilisé avant l’Amérique du Sud, mais c’est un peu impossible de ne pas traîner ma tente pour ce voyage. J’ai tellement hâte de pouvoir l’utiliser!

J’anticipe quand même les routes de boue ou de sable, mais je devrai faire certains choix quand le moment viendra.

Je suis seul, la moto est immense, je devrai possiblement oublier certaines routes isolées. Pour être bien franc, même sans bagages, il y a des endroits au Québec où je ne m’aventurerais pas sans mon ami Geoffrey avec une GS.

Dans on état actuel, en cas de chute, je ne suis pas capable de la relever la moto seul si mon sac à dos est sur celle-ci, mais l’enlever prend littéralement 5 secondes (2 ROK staps à défaire). Donc cela ne me trouble pas trop.

Compte rendu du Mexique…

C’est un énorme pays qui réserve des surprises pour les goûts. J’aurais facilement pu y a passer des mois et y découvrir de nouvelles choses, mais pour le moment, je commençais à y voir un peu de redondance ou répétition. J’éprouve certains problèmes avec l’aspect piteux de certains endroits ou édifices. La pollution. La poussière.

En même temps, il existe ici une joie de vivre évidente. Et n’y a aucun problème de fertilité, car la jeunesse omniprésente est bouillante de vie!

Les gens se contentent de peu et son ultra ultra ultra débrouillard. Ils peuvent faire des miracles avec si peu (comme ma mère!). Même s’ils n’en donnent pas l’impression, ils sont travaillant, à leur moment. Ce pays a été construit à la sueur de millions de citoyens. Je pense aux tunnels de Guanajuato, à la route de pierre de Real de Catorce. Même à ce jour, j’ai pu voir des hommes couper l’herbe le long des autoroutes longues de plusieurs centaines de kilomètres, à la main, avec des hachettes. Ou des femmes passer la journée (probablement des centaines avant et après mon passage) complète sur un coin de rue à tenter de vendre un bout de vêtement qu’elles ont fabriqué elles-mêmes.

Mes sentiments sont très partagés à la vue de telles choses. Pauvreté, inégalité et exploitation, persévérance, et courage.

Je suis certain que je serai témoin du pire dans les prochaines semaines, mais. Et je suis certain, aussi du meilleur.

À réfléchir!

La bonne nouvelle est que j’ai réalisé à quel point il est facile de venir ici et contrairement à l’Amérique du Sud, revenir dans le futur ne me demandera pas de grandes planifications.

Coup de cœur: Guanajuato
Déception: Léon
Ville la plus accueillante: San Cristobal de las Casas
Meilleure ambiance: San Cristobal de las Casas
Où j’irais passer un mois complet en hiver: San Miguel de Allende
Où je ne retournerai pas: Mazatlan
La surprise: Guanajuato
La plus belle route: 40, entre Durango et Mazatlan
La plus laide: Routes entre San Miguel de Allende et Mexico City
Si c’était à refaire: Une ou 2 nuits de plus à Zacatecas
La prochaine fois: un voyage uniquement pour ce pays, sans équipement de camping, donc beaucoup plus léger et visites de villages plus isolés (avec ma copine?)
Ce qui m’a manqué le plus: trouver ou prendre le temps de trouver des endroits pour camper et faire une expédition en montagne, en d’autre mot, un endroit de plein air

Nombre de jours: 20
Distance parcourue: 4436 km

La prochaine publication vous viendra du Guatemala!

Article Suivant (Récent) ⇨

Jour 23 à 26 - Guatemala - Antigua et une rencontre... Explosive!

2016-10-04 - Jour 23 - San Cristobal de las Casa, CH à Antigua, Guatemala (483 km - 9:00 hrs) 2016-10-05 - Jour 24 - Antigua, Guatemala 2016-10-06 - Jour 25 - Antigua, Guatemala 2016-10-07 - Jour 26 - Antigua, Guatemala (271 km - 5:30 hrs) C'est avec enthousiasme que je ... Read more

⇦ Article Précédent (Ancien)

Jour 16 - Mexico - Un Paradis pour Photographe!

2016-09-27 - Jour 16 - Leon, GT à Guanajuato, GT (64 km - 1:30 hrs) Je me permets une entrée unique pour la ville de Guanajuato. Un seul mot pour décrire l'endroit: Wow, Wow, Wow, Wow! OK, ce sont 4 mots, mais ça ne compte pas, car c'est le même! Comme ... Read more


Marc Ouellet

Aventurier dans l'âme. En route vers l'Amérique du Sud sur 2 roues bientôt!

1 Commentaire
  • Francis Derome
    Répondre

    Wow quel résumé ! Tu me donnes le gout dexplorer encore plus le Mexique ! Très hâte à la suite au Guatemala… bonne route !

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Merci Frank! Je quitte pour un trek de 2 jours vers le sommet d’un volcan demain. Je tenterai de mettre le blogue à jour vendredi! Merci de me suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial