Jour 71 à 73 – Pérou – Un Sérieux Contraste Dépoussiérant!

2016-11-21 – Jour 71 – Cuenca, EC à Piura, PE (529 km – 9:30 hrs)
2016-11-22 – Jour 72 – Piura, PE à Cajamarca, PE (472 km – 7:30 hrs)
2016-11-23 – Jour 73 – Cajamarca, PE à Huamachuco, PE (222 km – 7:30 hrs)

Quand je parlais de contraste relativement au passage entre la Colombie et l’Équateur, et bien, multipliez le tout par 10 et vous obtiendrez maintenant la transition entre l’équateur et le Peru!

Après avoir passé 2 belles journées à Cuenca, je me sentais prêt à continuer vers le sud et me suis donné comme mission de franchir une autre frontière, soit celle du Pérou, situé quand même à 8 heures de route. Le réveil devait donc se faire très tôt et j’ai pris la route à 6:00, avec une température d’à peine 2 degrés!

J’ai rapidement enfilé ma veste chauffante, mais après 30 minutes, la température a baissé d’un cran pour se retrouver à -3. Avec les mains complètement gelées, j’ai aussi dû enfiler les gants chauffants, une première depuis le départ.

Une fois bien habillé adéquatement, je peux confortablement conduire bien au chaud. Le seul petit problème est que la batterie de mon iPhone, même si branché et en recharge, tombe morte maintenant à cette température et le téléphone, qui est mon GPS principal (Google Map), s’éteint. Je ne peux pas croire que mon iPhone 6s commence déjà à se faire vieux!

 

Je dois donc revoir mon parcours et le reprogrammer dans mon GPS Garmin, ce qui n’est pas optimal, car les cartes d’OSM ne sont pas très bonnes dans cette région.

Après quelques heures de conduite dans les montagnes vertes, le paysage passe tranquillement de la forêt au désert. En fait, pas vraiment au désert, mais a une végétation sèche, avec de gros arbres qui semblent morts.

J’arrive donc à la frontière du Pérou sous un soleil de plomb et un beau 36 degrés, soit 40 de plus que ce matin!

Le poste frontalier est complètement désorganisé, comme s’il avait été improvisé à cet endroit il y a 50 ans et qu’on ne l’avait jamais rénové.

2016-11-21-piura-06

Le passage est facile et rapide. Les gens sont courtois. Je dois payer 35$ US pour un mois d’assurance au Peru (SOAT).

Dès les premiers kilomètres, je constate rapidement une grande pauvreté, la plus sévère depuis le début de mon voyage.

Je me dirige vers Piura, une grande ville située à une distance raisonnable et où je compte passer la nuit.

Je dois croiser quelques villes  et villages poussiéreuses et totalement sans dessus-dessous.

À un certain moment , la route principale est barrée à cause de la construction et je dois faire des détours dans des rues résidentielles totalement délabrées, très pauvres et en sable. Je suis aussi confronté à des centaines de petits mototaxis sur 3 roues qui s’entrecroisent comme des fous! Il est difficile pour moi de décrire ce bordel. Je me sens vraiment loin de la maison!à

En région plus rurale, je dois au autre type de trafic!

2016-11-21-piura-07

J’arrive à Piura vers 16:00 et débute ma recherche d’hôtel. Les prix sont élevés et je me retrouve dans un petit hostal correct pour 35$. Une fortune pour ce que l’endroit offre!

Je marche dans la ville. C’est carrément un autre monde, extrêmement bruyant, sale, voir sur certaines rues, dégueulasses.

Voici les plus belles photos que j’ai pu prendre. J’ai laissé de côté les scènes moins agréables. Le centre est quand même bien mais…

2016-11-21-piura-10

2016-11-21-piura-12

… à quelques coins de rue de la place principale, on retrouve des rues en sable!

2016-11-21-piura-16

Je quitte tôt le matin en direction sud et malgré les conseils de multiples sources me disant d’éviter la Panamericana, qui longe la mer, je décide de prendre l’option facile afin de me rendre à Cajamarca, qui elle, est dans les montagnes.

La route commence par une zone désertique et une ligne droite de plus de 200 km. Il serait mentir de ne pas avouer que je ai apprécié ces moments de conduite facile, une première depuis des semaines!

2016-11-21-cajamarca-003

Évidemment, cela n’allait pas durer et une fois rendu dans la grande ville de Chiclayo, je me retrouve sur un petite route de gravier pour quelques dizaines de kilomètres. Je dois aussi passer dans des villages complètement fous, avec des kiosques de vendeurs ambulants directement sur la rue, ce qui m’oblige à me faufiler entre eux, les mototaxis et même de gros camions qui eux aussi, passent dans ce bordel.

AJOUTER VIDEO

Quelques dizaines de kilomètres plus loin, la montée débute et la route devient de haute qualité, large, propre, avec une chaussée parfaite. Les paysages sont de qualité égale et j’en suis unité pour un beau spectacle jusqu’à Cajamarca.

2016-11-21-cajamarca-059

2016-11-21-cajamarca-065

2016-11-21-cajamarca-074

2016-11-21-cajamarca-083

2016-11-21-cajamarca-088

2016-11-21-cajamarca-104

2016-11-21-cajamarca-106

2016-11-21-cajamarca-109

2016-11-21-cajamarca-113

Cette ville est beaucoup plus imposante que je le croyais. Je trouve rapidement un hôtel qui me permet de stationner la moto dans la cour intérieure et profite des heures suivantes pour marcher et découvrir un endroit plein de beautés et d’effervescence.

Toutefois, elle est aussi très bruyante et cela est causé par tous les véhicules qui klaxonnent constamment. Je tente un peu de comprendre le manège qui, même s’il est très désagréable, voir agressant, est une curiosité, car me semble ordonné.

Premièrement, il n’y a habituellement pas de signal d’arrêt aux intersections, donc chaque véhicule qui arrive à un coin de rue, et bien, klaxonne!

Ensuite, chaque conducteur qui trouve qu’une autre auto est trop proche klaxonne, si un piéton est sur le coin ou tente de traverser, on klaxonne.

Si on désire vous saluer, on klaxonne.

Parfois. Quand une voiture me croise, on klaxonne, peut-être pour me saluer ou possiblement parce que mes phares de jours sont allumés?

Ensuite il y a les taxis. Ceux-ci klaxonnent pour toutes les raisons mentionnées ci-haut, mais il faut ajouter que ceux-ci klaxonnent pour se faire remarquer par les clients potentiels marchants sur les trottoirs. Et je peux vous affirmer que des taxis, il y en a pour les fous et les fins! Et dans les endroits où il y a beaucoup de piétons, ceux-ci klaxonnent au moins à chaque 10 mètres.

Bip bip… Bip bip… Bip bip bip… Tellement agressant! Mais à force de me retrouver dans ce bordel et de ne rien pouvoir y faire, j’essais d’y trouver une rythme, comme une mélodie un peu imprévisible!

Finalement, je crois que certaines personnes tentent de fausser ma grande étude de ce comportement, car ils klaxonnent pour… absolument rien! Je les observe, je tente de m’expliquer, mais sans succès. C’est à n’y rien comprendre.

Et le gouvernement n’aide en rien. Regardez la pancarte!

2016-11-25-huaraz-067

Et vous pouvez donc imaginer le concert de klaxons stridents qui est présent dans les rues des grandes villes du Peru!

Je quitte Cajamarca tôt encore une fois afin de faire du progrès vers le sud, dans les routes montagneuses.

Je n’ai pas vraiment d’objectifs pour la journée, car il est difficile d’estimer adéquatement quelle est la meilleure route ainsi que les temps de déplacement.

Je me dirige tout de même vers Huamachuco, où on retrouve des ruines anciennes qu’il est possible de visiter et ce, à seulement quelques kilomètres de la ville.

La route est très différente de la veille. Bien que toujours en haute altitude, j’ai droit à une série de petits villages et de terres agricoles agréables et passibles. Je conduis lentement et m’imprègne de ces paysages bucoliques.

Mes 2 arrêts pour le petit déjeuner.

2016-11-23-huamachuco-002

2016-11-23-huamachuco-003

Miam! Sans farce, tout d’abord de bonnes bananes fraiches, et ensuite, la petite boulangerie, en plein milieu de rien du tout, avait de super bons feuilletés aux pommes. Un délice. Ma technique s’est quand même raffinée avec les semaines. Maintenant j’en achète un, je goute et si c’est bon, j’en achète d’autres. J’en ai pris 4 ici!

Je rejoins finalement la route 3N, qui est celle que je vais tenter de suivre pour les prochaines journées. Elle vient tout juste d’être refaite et est large, moderne et douce pour ma grosse moto.

C’est quand même bizare de voir toutes les maisons délabrées de familles évidemment pauvres longer cette route récente, moderne et parfaite.

2016-11-23-huamachuco-012

L’ironie est encore plus forte quand je pense aux rues de Montréal, la ville où je réside, où c’est tout le contraire. De belles maisons et des taxes ahurissantes pour des rues en état de décomposition!

Bon, revenons à la route 3N, ce qui est aussi bien drôle est que parfois celle-ci doit être rétrécie à une voie, car une maison ou un poteau électrique est présent. Ou parce qu’on a simplement oublié de refaire un pont! Maintenant je reconnais mon administration municipale!

2016-11-23-huamachuco-013

En milieu de journée, je croise des voyageurs en vélo et je m’arrête pour les saluer. Je suis chaleureusement accueilli par un groupe de 5 personnes de l’Europe et une personne de Vancouver. Certains d’entre eux sont sur la route depuis 2 ans et ont débuté leur périple en Alaska.

J’ai rarement été aussi impressionné par un tel accomplissement et cela remet un peu en perspective les choses. Ils ont pris depuis leur arrivée au Peru pour se rendre à l’endroit de notre rencontre. J’ai pris 3 jours!

Nous échangeons sur nos trajets, leurs vélos, ma moto. Passionnant.

Je quitte 90 minutes plus tard, revigoré avec une énergie qui me fut transmise par l’accomplissement quotidien de ces gens. J’ai tout d’un coup une envie énorme de camper (ce qu’ils font presque en tout temps), et de continuer à découvrir le pays via les petites routes moins touristiques.

Ils me disent aussi qu’ils vont se rendre à un petit lac un peu plus loin afin d’y passer la nuit et que je suis le bienvenu de les rejoindre.

2016-11-23-huamachuco-032

2016-11-23-huamachuco-034

2016-11-23-huamachuco-033

2016-11-23-huamachuco-037

Leur site web: www.radko.de

Pour de rendre à cet endroit, il me prendra seulement 30 minutes, mais pour eux, c’est plus de 4 heures.

En quittant, je réfléchis à mes options. Je passé effectivement devant le lac, mais rien ici ne justifie un arrêt à 14:00, pour donc y a passé le reste de l’après-midi.

Comme j’ai vraiment une envie de camper, chose que je n’ai pas fait depuis le Guatemala, je décide quand même de me rendre à Huamachuco, mais de continuer vers les ruines de Markahuamachocho, y faire une visite et de revenir sur mes pas (30 minutes) et tenter de retrouver le groupe près du lac.

L’entrée dans la ville de Huamachuco est chaotique et pénible. Initialement, mon GPS me dirige adéquatement, mais plusieurs rues sont fermées et Google Maps à du mal à recalculer un itinéraire alternatif. Je me retrouve à quelques reprises dans des culs-de-sac ou des rues qui sont carrément des escaliers pour piétons, donc infranchissables.

C’est quand même divertissant de voir le visage des gens me voyant passer avec ma grosse moto sortie directement de Mars sur leur petite rue sans issue.

2016-11-23-huamachuco-023

Je réussis à traverser la ville et je me retrouve sur un chemin de terre et de pierre qui se met à monter sérieusement en altitude. Le chemin est très étroit et donne sur des falaises très escarpées! Tout un défi de conduite et de courage.

J’arrive au ruines, et l’agent de sécurité présent à l’entrée m’offre de surveiller la moto. Super, je change mes vêtements, verrouille toutes mes choses et couvre le tout avec ma toile. Je suis à l’aise de la laisser seule et quitte pour un petit trek de 2 heures sur cette montagne abritant les ruines.

Je suis la seule personne sur le site et j’en profite pour visiter tranquillement et prendre plein de photos. À un moment, je croise un groupe qui s’affaire à réparer le chemin et parmi ceux-ci, l’archéologue en chef du site! Il me fait un petit tour guidé et me permet même d’entrer dans l’enceinte du bâtiment principal, qui abritait, il y a plus de 1000 ans, la foire commerciale du peuple, estimé à environ 10000 personnes. Le site est situé en flanc de montagne et était tout entouré par une muraille haute de 3 étages.

2016-11-23-huamachuco-072

2016-11-23-huamachuco-044

2016-11-23-huamachuco-082

2016-11-23-huamachuco-099

2016-11-23-huamachuco-104

2016-11-23-huamachuco-122

Un agent de sécurité bien sympathique! Et bon photographe!

2016-11-23-huamachuco-137

2016-11-23-huamachuco-161

Après cette belle visite, je retourne au lac où malheureusement, je ne suis pas en mesure de retrouver les cyclistes. Je décide quand même de m’installer sur le bord de l’eau, sur le terrain du parc municipal, afin de camper gratuitement pour la nuit.

Je stationne ma moto et débute l’installation de ma tente. Ce n’est pas très long que des jeunes du village m’entourent et me posent plein de questions sur mon voyage, mais surtout sur la grosse moto qui les intriguent visiblement!

Session de photo…

2016-11-23-huamachuco-186

Pendant ce temps, une super surprise, une autre moto arrive, une BMW 650cc, avec à son bord, un gaillard qui a clairement beaucoup de kilomètre dans le corps!

Il s’agit d’un Anglais vivant en Belgique et faisant le même trajet que moi, mais vers le nord. Il a débuté en Uruguay et prévoit terminer à Houston. Il a beaucoup d’expérience, ayant fait ce périple, et d’autres en Europe, dans le passé.

2016-11-24-huamachuco-07

2016-11-24-huamachuco-01

Nous prenons une bonne bouteille de vin ensemble et s’échangeons plusieurs histoires de voyage et plein de trucs. Une belle soirée avec un chic type! J’en sors encore plus motivé à découvrir le Peru par les montagnes et ses petites routes.

Ce fut une journée passionnante, probablement une des plus intéressantes du voyage. J’ai rencontré de super aventuriers, vu de beaux paysages, de belles ruines, et pratiqué ma conduite hors route en montagne.

Je suis prêt pour la prochaine étape.

Mais ce qui m’attend le lendemain est immensément plus intense que ce que j’avais prévu et j’ai vécu les journées les plus exigeante de mon voyage, voire de tous mes voyages.

À suivre!

Article Suivant (Récent) ⇨

Jour 74 à 80 - Pérou - Erreur de Navigation et Isolation en Haute Montagne!

2016-11-24 - Jour 74 - Huamachuco, PE à Pallasca, PE (176 km - 9:00 hrs) 2016-11-25 - Jour 75 - Pallasca, PE à Huaraz, PE (253 km - 6:00 hrs) 2016-11-26 - Jour 76 - Huaraz, PE à Laguna 69 (et retour) (176 km - 5:00 hrs) 2016-11-27 - Jour ... Read more

⇦ Article Précédent (Ancien)

Jour 67 à 70 - Ecuador - Randonnées, Cités, Suite et Fin

2016-11-17 - Jour 67 - Quito, EC à Quilotoa, EC (166 km - 3:30 hrs) 2016-11-18 - Jour 68 - Quilotoa, EC à Baños, EC (157 km - 3:30 hrs) 2016-11-19 - Jour 69 - Baños, EC à Cuenca, EX (336 km - 5:30 hrs) 2017-11-20 - Jour 70 - Cuenca, EC En ... Read more


Marc Ouellet

Aventurier dans l'âme. En route vers l'Amérique du Sud sur 2 roues bientôt!

1 Commentaire
  • Stephane
    Répondre

    Bonjour Marc. C’est toujours très intéressant de lire tes récits. Un autre monde . J’ai fait Tr Rivieres Sherbrooke aller retour hier à 0 degrés.. Je suis loin de ton périple…
    Bonne continuité de voyage

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Effectivement, toute une différence avec ce qu’on peu voir et vivre chez nous. Ça me fait réaliser à quel point nous sommes chanceux.

      Attend de lire la prochaine entrée (ce soir ou demain). Toute une aventure!

      Merci d’avoir pris le temps de m’écrire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial