Jour 67 à 70 – Ecuador – Randonnées, Cités, Suite et Fin

2016-11-17 – Jour 67 – Quito, EC à Quilotoa, EC (166 km – 3:30 hrs)
2016-11-18 – Jour 68 – Quilotoa, EC à Baños, EC (157 km – 3:30 hrs)
2016-11-19 – Jour 69 – Baños, EC à Cuenca, EX (336 km – 5:30 hrs)
2017-11-20 – Jour 70 – Cuenca, EC

En quittant Quito, je suis encore une fois agréablement surpris de la qualité de la route et malgré le trafic intense de l’heure de pointe, la sortie de la grande ville se déroule sans trop de stress.

Malgré la facilité de circuler sur les belles grandes routes de l’équateur, je ne suis quand me pas venu jusqu’ici pour visiter les autoroutes donc je planifie emprunter une route secondaire afin de me rendre jusqu’à Quilotoa, où on retrouve une belle opportunité de randonnée autour d’un lac dans un cratère.

Dès la sortie de Quito, voici le spectacle qui s’offre à mes yeux. Le volcan Cotopaxi.

2016-11-17-quilotoa-001

La petite route se nomme Via Sigchos – Quilotoa. Quelle excellente décision. Même si le trajet ajoute une heure de conduite, les paysages sont incroyables avec de hautes collines verdoyantes, passant de la haute montagne à des terres agricoles, offrant des enchaînements de courbes incessants et une certaine solitude qui ne s’était pas présentée depuis quelque temps. Je croise plus de fermiers à pied ou à cheval que de véhicules.

La route est parfaite, aucun trou, des inclinaisons de chaussées toujours biens calibrés ce qui me permet de m’amuser un peu, et de belles surprises à chaque sortie de courbe.

2016-11-17-quilotoa-004

2016-11-17-quilotoa-006

2016-11-17-quilotoa-012

2016-11-17-quilotoa-013

2016-11-17-quilotoa-017

2016-11-17-quilotoa-018

2016-11-17-quilotoa-019

2016-11-17-quilotoa-022

2016-11-17-quilotoa-027

Comme tout n’est jamais parfait en Amérique latine, je suis ralenti par des chantiers de construction majeurs pendant quelques kilomètres avant d’arriver à destination. Je suis impressionné par la magnitude des travaux effectués sur une route somme toute très secondaire.

Nos élus devraient venir passer quelque temps ici! Les ingénieurs et ouvriers ont un talent évident pour construire des infrastructures de haute qualité dans des conditions très difficiles.

2016-11-17-quilotoa-035

2016-11-17-quilotoa-036

2016-11-17-quilotoa-039

2016-11-17-quilotoa-040

En arrivant dans le village qui est un peu, disons, piteux, je visite un premier hostel pour lequel je pourrais utiliser le même qualificatif pour finalement déposer mes sacs dans le second endroit qui est un peu moins de ce même adjectif!

2016-11-17-quilotoa-042

La raison pourquoi je reste dans le village est que je désire faire une randonnée dans un sentier qui fait le tour d’un cratère remplis d’eau. J’ai besoin de faire un peu de sport et ce trajet ne me décevra pas!

Voici la vue que j’ai en m’engageant dans le sentier…

2016-11-17-quilotoa-086

Je pensais pouvoir faire le tour en une heure, mais il s’agit finalement d’un trek assez rigoureux et l’illusion d’une tournée facile se change rapidement en plusieurs montées à près de 4000 mètres d’altitude, presque constamment sur une crête étroite qui donne le vertige!

Le spectacle est mémorable et j’ai dû prendre la même photo du trou d’eau des centaines de fois!

2016-11-17-quilotoa-046

2016-11-17-quilotoa-088

2016-11-17-quilotoa-091

2016-11-17-quilotoa-096

2016-11-17-quilotoa-107

2016-11-17-quilotoa-124

2016-11-17-quilotoa-126

2016-11-17-quilotoa-139

2016-11-17-quilotoa-140

2016-11-17-quilotoa-142

2016-11-17-quilotoa-146

2016-11-17-quilotoa-168

À un moment, j’ai été surpris par la présence d’un petit kiosque de fortune tenu par un jeune de 12 ans à 3900 mètres d’altitude. Il grimpe de son village chaque matin de la semaine afin de vendre les œuvres de sa famille et autre nécessitée habituelles.

Il m’explique qui fait cela depuis 2 ans. Il fréquente l’école les samedis et dimanches et passe le reste de la semaine ici. Je ne peux que respecter l’effort, mais je me questionne aussi sur les perspectives de futur de jeunes comme lui qui sont appelés à jouer ce genre de rôle dans leur famille, et ce, partout en Amérique latine.

2016-11-17-quilotoa-157

2016-11-17-quilotoa-177

Je dine avec un couple hybride (une fille de l’Équateur et un allemand) dans le petit hostel qui m’héberge pour la nuit. Nous échangerons de bonnes histoires et je me replis en fin de soirée dans ma chambre en tentant du mieux que je pouvais de me réchauffer, car il fait 5 degrés et la chambre n’est ni isolée ni chauffée! La petite tique que je dois tuer avant de m’insérer dans les couvertures épaisses ne me met pas du tout en confiance, mais je n’ai pas vraiment le choix d’accommodation rendu à cette heure du soir dans tel endroit perdu dans les montagnes.

J’espère que la maladie de Lyme ne me prendra pas comme client cette nuit!

2016-11-17-quilotoa-180

2016-11-17-quilotoa-181

Le déjeuner était aussi inclus dans le prix de la chambre, mais comme toutes les assiettes de la veille étaient encore sur la table, j’ai passé mon tour et quitté rapidement vers un autre village de montagne, Baños.

Je dois sortir la veste chauffante, car il fait 5 degrés! Quel bonheur cette chaleur artificielle!

Les premiers kilomètres sont spectaculaires, mais le reste de la route est plutôt moche.

2016-11-18-quilotoa-03

2016-11-18-quilotoa-04

2016-11-18-quilotoa-11

J’ai un peu de temps devant moi et j’en profite pour rouler lentement (et personne ne me pousse dans le derrière!) et je m’arrête même aider un confrère en moto BMW arrêté sur le bord de la route. Il avait surestimé la capacité de son réservoir d’essence et je lui ai donné un peu du précieux liquide en utilisant un petit outil que je traîne toujours, soit un tube qui s’attache au connecteur de mon réservoir. En actionnant le démarreur, l’essence se transvide sans aucun autre effort! Cool!

2016-11-18-quilotoa-27

 

La ville de Baños est apparemment un endroit de rêve pour les amateurs de plein air, mais je dois avoir trop souvent visité Mont-Tremblant ou Whistler et il n’y a rien de trop impressionnant ici pour moi. Je vais faire une belle randonnée en montagne, mais quitter le lendemain.

2016-11-18-banos-16

2016-11-18-banos-21

2016-11-18-banos-26

2016-11-18-banos-27

2016-11-18-banos-28

Le petit centre est quand même actif et j’ai eu la chance de passer une belle soirée avec un (jeune!) couple de Paris. Que c’est plaisant de pourvoir parler dans sa langue, si ce n’est que pour quelques heures! J’ai même enseigné quelques petites expressions québécoises à nos cousins! On s’est fait cro…. solide n’est pas Thierry?!

Certaines portions de la route pour se rendre à Cuenca sont banales, mais pour la grande majorité du temps, je suis comblé par des paysages montagneux et très peu de présence d’autres véhicules.

2016-11-19-cuenca-07

2016-11-19-cuenca-10

2016-11-19-cuenca-29

2016-11-19-cuenca-49

2016-11-19-cuenca-50

2016-11-19-cuenca-51

Cuenca (salut Daniel!) et une ville importante et apparemment très belle et avec un aspect colonial. Je choisis d’y passer 2 jours et de me payer un peu de luxe. Je reste dans un des beaux hotel de la ville et me traite à un restaurant extraordinaire lors de la première soirée.

San Blas Hotel & Suites
Mariscal Sucre & Manuel Vega, Cuenca, Équateur
https://goo.gl/maps/m1B78QKHGqz

El Mercado
8-27, Calle Larga, Cuenca, Équateur
https://goo.gl/maps/AtyefXfEXBJ2

La ville est très belle effectivement, mais ce que j’apprécie beaucoup est le calme qui y règne malgré sa taille. La cathédrale est immense, les rues sont possiblement les plus propres que j’ai vu depuis le début du voyage et l’offre de resto est appréciable.

Je passe mes 2 journées à jogger, marcher, visiter, mais aussi à planifier mon entrée et mes premiers jours au Pérou.

2016-11-19-cuenca-51

2016-11-19-cuenca-55

2016-11-19-cuenca-57

2016-11-19-cuenca-59

2016-11-19-cuenca-64

2016-11-19-cuenca-65

2016-11-19-cuenca-66

2016-11-20-cuenca-01

2016-11-19-cuenca-67

2016-11-19-cuenca-83

2016-11-19-cuenca-84

2016-11-19-cuenca-86

Quand je lis plusieurs des blogueurs qui ont fait ce périple, je me rends compte que ce que je traverse présentement est de la petite bière comparé à ce qui m’attend dans le prochain pays.

J’apprécie la beauté des routes en Équateur et la facilité des déplacements, mais il me semble de plus en plus évident que le Peru sera un réel défi logistique de navigation et de conduite.

Mike de ADVRider.com me suggère fortement de ne pas prendre la Panamericana, qui longe la côte, mais de me concentrer sur la route 3N qui passe dans les montagnes. Je suis en accord avec cette suggestion, mais je suis un peu hésitant quant à certains tronçons qui risquent d’être difficiles, voir impossibles en moto, ou devrais-je dire, en solo avec ma moto. Le fait que je sois seul m’oblige à éviter certains endroits et bien que je sois bien à l’aise avec cela, je suis quand même obligé de faire mes devoirs!

La Gorda se comporte encore parfaitement. Aucun problème mécanique à souligner si ce n’est que d’une petite infiltration d’eau dans le final drive. J’ai consulté mon mécanicien en chef à Montréal (merci, Geoffrey) ainsi que sur le site ADVRider (http://advrider.com/index.php?posts/30815408/ ) et en suis venu à la conclusion que c’est un mineur. J’ai nettoyé une petite pièce (breather) et replacée adéquatement. Je verrais si le problème est réglé lors des prochaines vidanges d’huile à Santiago.

C’est quand même bizarre mentionner une ville au Chili.

Quand je regarde l’itinéraire des prochaines semaines, je réalise à quel point j’ai beaucoup parcouru de distance, mais que ce qui est devant moi me semble tellement plus complexe, immense, et loin! Avec tous les détours, j’estime à près de 8000 km la distance entre l’équateur et Santiago, au Chili. Et chaque kilomètre en Amérique latine demande beaucoup plus de travail que dans le nord.

Pas question ici de traverser 3500 (les États-Unis) en 2 jours comme au début de mon aventure. En ligne directe, ce ne serait pas trop complexe. Il serait possible de le faire en quelques semaines, mais je désire passer par les montagnes, Cusco, la Bolivie, le nord de l’Argentine, le désert d’Atacama, les vignobles de Cafayate et plus que tout, me rendre à Ushuaia, à la fin du monde, en Patagonie. Un autre 4000 km… Minimum!

C’est énorme! Et jusqu’à un certain point, intimidant.

Je travaille donc fort afin de me concentrer sur une étape à la fois et tenter de découper l’itinéraire en petits morceaux plus faciles à gérer.

Je dois aussi faire la paix avec le fait que je ne verrai pas tout.

Je prends le pays dans lequel je suis présentement. Tous les gens que je rencontre me disent que je dois tout faire pour ne pas manquer les îles Galapagos.

Malheureusement, ce détour ne se fera pas durant ce voyage pour deux raisons.

La première est que je me suis rendu ici en moto.

J’ai la chance d’avoir une autonomie totale et de me déplacer rapidement et facilement.

La deuxième est qu’il est facile de revenir en Équateur et les Iles seront toujours là lors de ma prochaine visite.

Tout cela pour dire que je n’ai pas l’intention de stationner La Gorda pour 2 semaines et faire une croisière en bateau. Quand je vais visiter cet endroit, je me concentrerai sur cet endroit.

Pour le moment, chaque matin où j’ai la chance et le privilège d’enfourcher ma moto, je suis totalement motivé à continuer vers le sud, et à découvrir les horizons que ce moyen de transport, avec ses avantages et désavantages, me permettre de voir et vivre. Et ce, même si je dois admettre que le soir venu, ma copine, famille, amis et ma vie professionnelle chez Solo me manquent beaucoup.

À suivre, et la prochaine entrée vous viendra, je l’espère, du Pérou!

Coup de cœur: Quito
Déception: La pluspart des petits villages croisés n’ont pas de charme
Ville la plus accueillante: Quito
Meilleure ambiance: Quito, quartier de La Zona
Où j’irais passer un mois complet en hiver: Aucun
Où je ne retournerai pas: Baños
La surprise: La qualité des routes et la facilité de conduire dans le pays (beaucoup plus calme!)
La plus belle route: Les 2 premières heures en entrant dans le pays et allant vers Otavalo.
La plus laide: La première partie entre Baños et Cuenca
Si c’était à refaire: Quelques jours de plus pour aller à la plage mais comme mon pneu arrière commence à être usé, je ne veux pas ajouter plus de 1000 km à mon périple
La prochaine fois: Visiter les Iles Galapagos
Ce qui m’a manqué le plus: Ma copine qui m’a quitté à Cali!

Nombre de jours: 9
Distance parcourue: 1300 km

Article Suivant (Récent) ⇨

Jour 71 à 73 - Pérou - Un Sérieux Contraste Dépoussiérant!

2016-11-21 - Jour 71 - Cuenca, EC à Piura, PE (529 km - 9:30 hrs) 2016-11-22 - Jour 72 - Piura, PE à Cajamarca, PE (472 km - 7:30 hrs) 2016-11-23 - Jour 73 - Cajamarca, PE à Huamachuco, PE (222 km - 7:30 hrs) Quand je parlais de contraste relativement au passage entre ... Read more

⇦ Article Précédent (Ancien)

Jour 63 à 66 - Équateur - Contrastes et Belles Surprises!

2016-11-13 - Jour 63 - Popoyan, CO à Otavalo, EC (493 km - 10:00 hrs) 2016-11-14 - Jour 64 - Otavalo, EC à Quito, EC (101 km - 2:00 hrs) 2016-11-15 - Jour 65 - Quito, EC 2016-11-16 - Jour 66 - Quito, EC Mes dernières heures en Colombie ont ... Read more


Marc Ouellet

Aventurier dans l'âme. En route vers l'Amérique du Sud sur 2 roues bientôt!

6 Commentaires
  • Martin Tessier
    Répondre

    Wow! Malade les photos du trek.
    Bonne route!

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Et j’ai travaillé fort pour le faire. Pas évident de garder la forme en voyage!

  • daniel
    Répondre

    Photo du cratère son très impressionnante!

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      C’était en effect incroyable!

      Merci

  • michel beaumier
    Répondre

    merci de nous faire connaitre ces belles régions, tes commentaires nous permettent de vivre a plein cette belle aventure, et que dire de tes superbes photos WOW et encore WOW MERCI

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Avec plaisir Michel! C’est toujours un honneur de t’avoir comme visiteur sur mon blogue!

  • Francois
    Répondre

    Je viens de me taper tout ton blog en une seule soirée. Qu’elle aventure, j’ai hâte de lire ton prochain et bonne chance

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Merci François! Toute une lecture pour une seule soirée. Heureux de voir que j’ai réussi à te garder éveillé! Je suis au Pérou et l’aventure continue!

  • Chantal Cournoyer
    Répondre

    Salut Marc,
    Je vois (ou plutôt je lis) que le voyage va bon train et que tu en profites. C’est vraiment super et de te lire me fais revivre de beaux souvenirs. La magie opère toujours !

    Merci mon ami et bonne route !

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Salut Chantal! Oui, le voyage continue tranquillement, avec ses hauts et ses bas. J’ai eu quelques jours difficiles en montagne (je vais ajouter un post ce soir ou demain). Pas évident!

      Je me repose un peu à Lima et je fais changer mes pneus ce matin chez Touratech. Enfin. Les routes du Pérou ont détruit mes pauvres caoutchoucs!

      Étais-tu allé à Lima? Si oui, quelle route aviez-vous pris? De Aréquipas?

  • Chris Cheston
    Répondre

    Hi Marc, So far so good! Glad that you had a great time with Nat on pillion. Linda said that no way would she do that in the mountains and rough terrain and if it isn’t at least 4* hotels, she would not stay there either!! She says ‘Bravo’ to her and wanted to tell her so!
    Are you heading for La Paz in Bolivia en route? One of my best British friends was pick pocketed there in broad daylight mid day where his Rolex was lifted and he did not feel a thing! Be prepared Mate!
    Stay safe and enjoy.

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Hi Chris! I’m resting a few days in Lima, and for a much needed tire change! Roads are so bad here! I’ll post about it tonight or tomorrow! I’ve been to La Paz a few years ago and indeed, it’s not your average place!

      Take care!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial