Jour 54 à 62 – Colombie – Suite et fin

2016-11-04 – Jour 54 – Barichara, CO à Villa de Leyva, CO (198 km – 3:40 hrs)
2016-11-05 – Jour 55 – Villa de Leyva, CO à Medellín, CO (419 km – 8:40 hrs)
2016-11-06 – Jour 56 – Medellín, CO
2016-11-07 – Jour 57 – Medellín, CO à Jardin, CO (129 km – 3:00 hrs)
2016-11-08 – Jour 58 – Jardin, CO à Salento, CO (188 km – 4:00 hrs)
2016-11-09 – Jour 59 – Salento, CO
2016-11-10 – Jour 60 – Salento, CO à Cali, CO (292 km – 7:40 hrs)
2016-11-11 – Jour 61 – Cali, CO
2016-11-12 – Jour 62 – Cali, CO à Popayan, CO (143 km – 2:30 hrs)

À Barichara, nous avons eu la chance d’avoir un petit hostel juste pour nous et en avons profité pour se coucher tôt afin de bien nous reposer pour la route du lendemain menant à Villa de Leyva. Bien qu’aussi perché dans les montagnes, ce ne sont pas les mêmes chaines et nous devrons franchir plusieurs montées et descentes avant de l’atteindre.

Nous avons finalement pris près de 3 heures à parcourir une superbe route, presque toujours entourée de belles montagnes.

Malheureusement, la présence de poids lourd rend la conduite un peu pénible, sans compter que l’odeur du diesel finit par être très désagréable.

La dernière portion du trajet nous amène sur une plus rurale et vraiment jolie.

L’arrivée dans le village est carrément spectaculaire, avec des maisons toutes blanches, les rues en pierres et les montagnes qui entourent le tout.

2016-11-04-villa-de-leyva-049

2016-11-04-villa-de-leyva-059

Nous nous rendons directement à l’hotel car malgré leur beauté, les rues sont un défi à parcourir avec une grosse moto. Les pierres placées à la main ne sont pas très uniformes et à basse vitesse, c’est plus La Gorda qui décide où elle va que le conducteur!

La ville est simplement superbe. Nichée entre une série de sommets verdoyants, sa grande place centrale est impressionnante plaisante. On n’y retrouve aussi plusieurs restaurants et hôtels pour tous les budgets.

2016-11-04-villa-de-leyva-067

2016-11-04-villa-de-leyva-090

2016-11-04-villa-de-leyva-094

2016-11-04-villa-de-leyva-100

2016-11-04-villa-de-leyva-126

2016-11-04-villa-de-leyva-127

Notre plan est de se rendre à Medellín le lendemain afin de passer une dernière soirée avec mon contact de AVDRider.com avant qu’il retourne aux États-Unis, mais et nous quittons avec regret ce beau petit village qui offre une multitude d’options d’activités de plein air de toute sorte.

Nous prenons la route très tôt le 5 novembre afin de nous taper la plus longue journée de moto de notre voyage, soit un bon 8 heures afin de parcourir seulement 400 km. Une seule chose peut expliquer ceci: les montagnes!

2016-11-05-villa-de-leyva-03

2016-11-05-villa-de-leyva-05

2016-11-05-villa-de-leyva-08

2016-11-05-villa-de-leyva-21

2016-11-05-medellin-07

Et des montagnes, nous en avons monté, et descendu, et remonté, et vous comprenez le pattern! Nous avons choisi de prendre la route 60, qui apparemment est plus pittoresque et offre de belles perspectives sur les montagnes de la région. Ce qu’on avait omis de nous dire, c’est qu’il s’agit d’une route passablement isolée, avec des portions de terre ainsi que plusieurs passages difficiles en montées comme en descente. La chaussée est souvent défoncée et on y retrouve des chantiers majeurs afin d’améliorer son état. On ne parle pas ici de colmater les trous, mais bien de construire des ponts et d’élargir certaines portions qui ne sont gère plus large qu’une voiture.

Ce fut carrément une journée de conduite de moto d’aventure incroyable! Nous avons croisé des passages en altitude d’une beauté extraordinaire, des villages isolés, des animaux de toute sorte pour finalement arriver dans une énorme cité qu’est Medellín.

2016-11-05-medellin-53

2016-11-05-medellin-57

2016-11-05-medellin-61

2016-11-05-medellin-70

Malheureusement, le tout fût un peu gâcher par un énorme orage au moment d’entrer dans la ville et, en plus du ciel qui nous tombait sur la tête, nous avons dû affronter des centaines de conducteurs téméraires (lire ici: imbéciles) qui, derrière le guidon de leur petite moto beaucoup plus agile, nous suivaient et nous dépassait de beaucoup trop prêt malgré la tempête. Nous avons ensuite dû affronter des débordements d’eau, car les précipitations étaient beaucoup trop fortes pour le système d’aqueduc. Une belle flaque d’eau n’est pas si pire à franchir, même si elle est profonde. Le problème est quand vous la traversez en même temps que des dizaines de voitures et de camions qui ne ralentissent pas. Les éclaboussures produites sont si fortes qu’elles passent par dessus la moto et diminuent fortement ma vision de la route.

Le trafic est extrêmement dense, je dois faire plusieurs changements de voies afin de suivre la route pour me rendre à destination.

Tout un défi d’éviter les multiples quasi-collisions avec les véhicules arrivants de tous cotés!

Nous arrivons finalement en même temps à la résidence de mon contact qui lui aussi est complètement détrempé, mais, malgré une longue journée de déplacement, arbore un grand sourire de satisfaction!

Après une bonne douche chaude, nous nous rendons dans le quartier El Poblado pour un bon repas et une petite visite des lieux. Comme c’est samedi soir, la fêtée bat son plein et il y a foule, surtout des jeunes qui sont là pour les innombrables discothèques!

2016-11-05-medellin-82

2016-11-05-medellin-84

Le dimanche est plus calme et nous profitons du temps gris pour se reposer, faire quelques courses et préparer notre itinéraire du jour suivant qui nous amènera à Jardin, un petit village touristique perché lui aussi dans les montagnes. C’est aussi l’anniversaire de ma copine donc on célèbre en grand!

2016-11-06-medellin-55

2016-11-06-medellin-50

2016-11-06-medellin-31

2016-11-06-medellin-24

2016-11-06-medellin-21

2016-11-06-medellin-16

Mon chanteur argentin préféré! Je vais le manquer que de quelques jours!

2016-11-06-medellin-35

Nous quittons donc Medellín lundi le 7 novembre vers ce petit village. Comme c’est une journée fériée, la sortie de la grande ville est relativement facile et la route nous fait passer, évidemment, par d’innombrables montagnes. La circulation est encore une fois dense et demande une conduire assez sportive.

Ce n’est qu’après 2 heures de route que nous pouvons un peu relaxer sans se faire pousser dans le derrière ou devoir dépasser des camions lourds toujours très lents sur ce type de route montagneuse.

Nous arrivons dans le village qui sort tout droit d’un autre siècle! Les maisons sont peintes avec des couleurs vives, plusieurs chevaux déambulent près de la place principale qui est bondée, et on sent une certaine effervescence autour de nous.

Comme nous n’avions pas fait de réservation, nous débutons nos recherches pour un hôtel, ce qui n’est pas évident, car évidemment, vous l’aurez deviné, la pluie se met à tomber fortement!

Après quelques sacres et quelques visites, nous trouvons un petit hôtel presque vide à côté de la place centrale qui pour 15$/personne, nous offre une grande chambre avec 3 lits (ce qui sera très utile pour faire sécher nos choses), mais aucun stationnement. Je décide, après avoir observé les lieux, de simplement laisser la moto dans la rue, devant la porte et sous la fenêtre de notre chambre, tout en activant l’alarme et en la recouvrant d’une toile. Dans ce genre de village, cela ne me préoccupe pas trop pour être bien franc.

2016-11-07-jardin-01

2016-11-07-jardin-12

2016-11-07-jardin-13

2016-11-07-jardin-25

2016-11-07-jardin-29

2016-11-07-jardin-34

2016-11-07-jardin-43

2016-11-07-jardin-49

2016-11-07-jardin-56

2016-11-07-jardin-64

2016-11-07-jardin-65

2016-11-07-jardin-71

2016-11-07-jardin-74

2016-11-07-jardin-88

2016-11-08-jardin-01

2016-11-08-jardin-04

2016-11-08-jardin-07

Belle surprise, quelques minutes après notre arrivée, je croise Drew qui est en train d’examiner ma moto et qui était sur le même bateau que moi pour la traversée vers la Colombie!

Nous discutons un peu de nos options de route pour continuer vers le sud. Nous pouvons retourner sur nos pas et prendre un embranchement vers Pereira, ou faire un peu de hors route et prendre un petit chemin qui traverse les montagnes vers le village de Riosucio. Je m’étais informé auprès de policiers sur l’état de cette route et on m’a dit que c’était passablement mouillé avec toutes les pluies des derniers jours.

J’étais donc un peu hésitant à parcourir ces 50 km seul. Quel bonheur d’avoir un partenaire et nous prenons la décision de nous y aventurer le lendemain matin.

L’offre de restaurant est passablement limitée dans le village de Jardin. Il y a une tonne d’endroits qui servent de superbes cafés (nous sommes dans la région du café après tout), mais nous avons fini par débusquer un petit endroit cherchant offrant de bonnes pâtes et des succulentes pizzas. Donc après avoir marché la ville au complet, nous passons une soirée tranquille à déguster un bon vin et une bonne bouffe.

Le lendemain matin, nous allons prendre un bon café et de bonnes pâtisseries sur la place centrale avec Drew et son amie qui l’accompagne durant quelques jours en Colombie et nous nous engageons par la suite sur cette petite route mystérieuse vers Riosucio.

La route est en effet très sommaire, pas très large, mais faite de pierres concassées, ce qui la rend passablement facile à parcourir même dans les endroits plus humides. Nous prenons environ 2 heures à parcourir la distance et les paysages ruraux et montagneux sont à couper le souffle! Quelle bonne décision! Merci à Drew d’avoir agi comme guide éclaireur!

2016-11-08-riosucio-04

2016-11-08-riosucio-07

2016-11-08-riosucio-17

2016-11-08-riosucio-27

2016-11-08-riosucio-36

2016-11-08-riosucio-44

2016-11-08-riosucio-52

2016-11-08-riosucio-54

2016-11-08-salento-11

L’objectif de la journée est de se rendre à Salento, un autre village dans les montagnes situé entre Pereira et Arménia ou une réservation nous attend au Salento Pequeño Hotel (https://goo.gl/maps/mSDme943sYn) pour 2 nuits.

Dès que nous passons Riosucio, la route devient moderne et rapide, malgré les nombreuses montées et descentes.

Salento est un endroit qui est aussi passablement touristique et son charme est un peu plus difficile à trouver. L’attraction première est la Valle Del Cocora, qui se situe à quelques kilomètres et qui offre une panoplie d’activités de plein air.

Notre hôtel est un peu à l’extérieur du centre du village, mais offre une belle vue et est équipé d’une petite cuisinette donc nous en profitons pour cuisiner nos repas devant nos deux nuits à l’endroit. Nous croisons aussi Drew et son amie qui sont aussi venus au village. Nous en profitons pour aller prendre une bonne bière froide et nous échanger nos histoires de voyage!

2016-11-08-salento-25

2016-11-08-salento-28

2016-11-08-salento-30

2016-11-08-salento-34

2016-11-08-salento-40

2016-11-08-salento-42

Le 9 novembre au matin, nous prenons un taxi, qui est en fait un Jeep où on entasse le plus de touristes possible, pour parcourir les 10 kilomètres pour se rendre faire un peu d’équitation et de marche dans la Valle Del Cocora. Nous aurions bien pu prendre la moto, mais nous voulions prendre une pause de conduite et vivre l’expérience. Ce fut une bonne décision, car nous avons rencontré une Française et un Argentin lors du retour et avons partagé un bon repas dans un petit resto de la ville.

La promenade en montagne fût incroyable. Nous avons parcouru les premiers kilomètres à cheval, dans un sentier très escarpé, détrempé et difficile. Les chevaux sont vraiment agiles et connaissent le chemin parfaitement!

2016-11-09-valle-del-cocora-028

2016-11-09-valle-del-cocora-044

2016-11-09-valle-del-cocora-050

La portion parcourue à pied nous amène à un endroit où on retrouve de très hauts palmiers (les plus hauts au monde apparemment!). Impressionnant!

2016-11-09-valle-del-cocora-074

2016-11-09-valle-del-cocora-091

2016-11-09-valle-del-cocora-101

2016-11-09-valle-del-cocora-122

2016-11-09-valle-del-cocora-129

2016-11-09-valle-del-cocora-131

2016-11-09-valle-del-cocora-137

2016-11-09-valle-del-cocora-144

2016-11-09-valle-del-cocora-150

2016-11-09-valle-del-cocora-154

2016-11-09-valle-del-cocora-158

Le lendemain, nous quittons pour aller visiter la région de café au sud de Arménia. Nous nous rendons à un hôtel qui a été suggéré par mon contact de Medellín, mais, même si nous avions fait une réservation par téléphone, l’endroit est fermé pour la semaine.

Nous nous promenons ensuite pour trouver un endroit pour passer la nuit et une fabrique de café afin de faire une visite, mais la région ne nous emballe peu (beaucoup de camions sur les routes, les hôtels sont moyens et très rapprochés de la chaussée). Nous décidons de nous rendre dans le village de Bellavista pour le lunch et ensuite, nous prenons la décision de nous rendre passer les 2 dernières journées ensemble à Cali.

2016-11-10-region-de-armenia-02

2016-11-10-region-de-armenia-05

Petite note, ma copine quitte de Bogota, mais comme nous aurions été obligé de nous retaper les montagnes et faire 8 heures de route (et que j’aurais dû refaire en sens contraire pour continuer vers le sud), nous avons fait l’achat d’un billet pour un vol interne de Cali à Bogota tôt le matin du 12, ce qui lui permettra de prendre son vol de retour dans la même matinée. Pour 70$, c’est vraiment une décision qui a été facile à prendre!

La route entre Bellavista et Cali s’est faite sous… la pluie encore une fois. Mais comme nous avions réservé dans probablement le meilleur hôtel de la ville pour nos 2 dernières nuits ensemble, nous avions un petit velours qui nous attendait à la fin du calvaire donc ça n’a pas été si mal, en plus du fait que nous sommes rapidement tombés sur une autoroute à 4 voies.

L’entrée dans Cali est une vraie caricature sortie tout droit des anales des voyages en moto. Malgré le fait que nous commencions à avoir l’habitude depuis les dernières semaines, d’avoir des motos qui nous suivent à quelques pouces, ou qui nous coupent pour nous dépasser presque en nous renversant sur le côté, ici, c’est le summum! C’est une infestation sur 2 roues! Les 40 minutes prises dans un intense trafic pour nous rendre à l’hôtel ont vraiment été folles et j’ai même éclaté de rire à un certain moment tellement c’était invraisemblable et dangereux!

Pendant ma visite à Cali, j’en ai profité pour laisser ma moto au concessionnaire BMW pour un entretien.

2016-11-11-cali-05

Habituellement, je fais le travail moi-même, mais je dois admettre que j’ai été un peu paresseux et j’ai profité de leur présence pour me faciliter la vie. Je l’ai regretté un peu quand la facture est arrivée, mais bon, j’en suis quitte pour savoir que la prochaine inspection sera faite de mes propres mains! En parlant de mains, je n’ai pas pu résister de me payer un petit cadeau de noel avant le temps!

2016-11-10-region-de-armenia-10

Cali est une grande ville assez plaisante. On y retrouve plusieurs quartiers et celui que nous avons choisi, Granada, offre plusieurs restaurants et boutiques. Notre hôtel, le Marriott, offre lui aussi un superbe restaurant qui s’avère être un des meilleurs de la ville donc, fait rare, nous en avons profité pour déguster un bon steak (ça faisait tellement longtemps!) et relaxer un peu. Petite note si vous visitez cette ville, notre hôtel offre aussi probablement le meilleur déjeuner que j’ai vu de tous mes voyages! Je ne peux que le recommander!

2016-11-11-cali-13

2016-11-11-cali-14

2016-11-11-cali-15

2016-11-11-cali-27

2016-11-11-cali-28

2016-11-11-cali-35

2016-11-11-cali-39

2016-11-11-cali-43

2016-11-11-cali-48

2016-11-11-cali-53

2016-11-11-cali-59

2016-11-11-cali-61

2016-11-11-cali-64

2016-11-11-cali-65

Ma copine me quitte donc très tôt le matin du 12 novembre, le coeur un peu gros. Il est fort probable que nous ne serons pas en mesure de nous revoir en 2016, et même d’ici la fin du voyage. Ses obligations professionnelles ne lui permettent malheureusement pas de faire ce genre de voyage a répétition.

Pas évident de revenir à la chambre seule et surtout de continuer vers le sud sans ma passagère! Nous avons eu un superbe voyage et j’espère qu’elle a apprécié l’expérience de vivre une portion de mon aventure à moto.

Je la trouve d’ailleurs très courageuse d’avoir parcouru tous ces kilomètres de route assise derrière, dans des conditions pas toujours faciles, dans la pluie, la boue, le trafic…

Je me lève donc un peu tard et quitte vers ma dernière destination en Colombie, Popayan, une ville avec un centre tout blanc et… pluvieux!

Heureusement, le responsable de l’hôtel ne veut pas que La Gorda se fasse mouiller!

2016-11-12-popayan-04

2016-11-12-popayan-05

Voici quelques images de la belle ville de Popayan.

2016-11-12-popayan-07

2016-11-12-popayan-11

2016-11-12-popayan-12

2016-11-12-popayan-15

2016-11-12-popayan-17

2016-11-12-popayan-19

 

2016-11-12-popayan-21

C’est aussi ici se termine mon aventure en Colombie. Il y aurait beaucoup d’autre endroits à voir, à visiter, mais la pluie est malheureusement trop présente et j’ai pris la décision de poursuivre ma route vers le sud.

Le 13 novembre, je vais donc quitter Popayan et tenter de me rendre en Équateur ou une nouvelle page de mon voyage va s’ouvrir!

J’ai beaucoup apprécié la Colombie pour sa nature verdoyante impressionnante, ses paysages pittoresques, ses montagnes, la gentillesse des gens. Plusieurs le personne considère comme le paradis de la moto. Ce n’est pas mon opinion.

Prenez ces mêmes personnes et donnez-leur un volant ou un guidon de moto, et ils deviennent complètement fous et carrément dangereux! Malheureusement, la conduite ici n’est ni facile ni plaisante, et ce, sur plusieurs des routes importantes que j’ai emprunté et dans les villes, grandes comme petite, que j’ai visitées. Comme mon voyage est un roadtrip, c’est difficile de ne pas en tenir compte.

Il y a certaines petites routes isolées qui ont été un d’une grande beauté et un plaisir à parcourir, mais la plupart du temps, j’ai été stressé par les innombrables motos, autos et camions avec qui j’ai dû non seulement partager la route, mais aussi me battre pour ne pas avoir d’accident (surtout les motos!). La densité de la circulation est vraiment plus importante que lors de mon passage au Mexique et en Amérique Centrale.

Ma prochaine visite dans le pays se fera en avion et en autobus. Je pourrai mieux apprécier le paysage et relaxer un peu plus!

Il y a aussi eu la pluie qui est venue gâcher un peu la fête… Mais bon, ça fait partie d’un voyage de moto et je dois m’y habituer même si ce n’est pas facile!!!

Coup de cœur: Villa de Leyva
Déception: La région de Arménia
Ville la plus accueillante: Villa de Leyva
Meilleure ambiance: Carthagène
Où j’irais passer un mois complet en hiver: Vieille ville de Carthagène
Où je ne retournerai pas: Armenia
La surprise: La forte densité de la circulation sur toutes les routes et ne nombre de gros camion, même le dimanche
La plus belle route: Route 60 entre Villa de Leyva et Medellín
La plus laide: La 80, entre Carthagène et Mompos
Si c’était à refaire: Quelques jours de plus à Villa de Leyva, un itinéraire un peu différent afin de pouvoir visiter Bogota
La prochaine fois: Visiter dans la période estivale et non la saison des pluies
Ce qui m’a manqué le plus: Le Mexique, pour ses routes tranquilles!

Nombre de jours: 16
Distance parcourue: 2300 km

Article Suivant (Récent) ⇨

Jour 63 à 66 - Équateur - Contrastes et Belles Surprises!

2016-11-13 - Jour 63 - Popoyan, CO à Otavalo, EC (493 km - 10:00 hrs) 2016-11-14 - Jour 64 - Otavalo, EC à Quito, EC (101 km - 2:00 hrs) 2016-11-15 - Jour 65 - Quito, EC 2016-11-16 - Jour 66 - Quito, EC Mes dernières heures en Colombie ont ... Read more

⇦ Article Précédent (Ancien)

Jour 48 à 53 - Colombie - Cartagena, Mompos et de l'Adrénaline sur 2 Roues!

2016-10-29 - Jour 48 - Cartagena, CO 2016-10-30 - Jour 49 - Cartagena, CO 2016-10-31 - Jour 50 - Cartagena, CO 2016-11-01 - Jour 51 - Cartagena, CO à Mompos, CO (314 km - 4:45 hrs) 2016-11-02 - Jour 52 - Mompos, CO à Marguarita, CO, et retour (51 km ... Read more


Marc Ouellet

Aventurier dans l'âme. En route vers l'Amérique du Sud sur 2 roues bientôt!

6 Commentaires
  • Anne-Marie De Serres
    Répondre

    Fantastique!!! Moi, j’ai voyagee au tour du monde avec la gymnastique quand j’avais 16 ans…..Je voudrais le refaire comme tu le fais! ENJOY my friend!

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Salut AM

      Merci de me suivre, c’est toujours un plaisir d’avoir de tes nouvelles! A+

  • Francis Derome
    Répondre

    Encore une fois les photos sont superbes ! Est ce qu’on peut dire que ton coup de cœur est le mexique jusqu’à maintenant ? Toujours un plaisir de te suivre !

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Salut Frank! Effectivement, certains endroits du Mexique ont été très plaisant! Coup de coeur… Pas encore certain mais possible! Merci!

  • Myra
    Répondre

    Hello Marc!

    Very nice to read your posts. They make me very jealous 🙂 Enjoy and stay safe!

    Besos de Holanda!

    1. Marc Ouellet
      Répondre

      Hola Myra! Hope all is well with you (and your new « family »). I’m sure you have travel plans in mind for very soon?! Take care and thanks for reading the blog!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial